AccueilNous connaîtreActualités et PatrimoineFESTIVAL DE CANNES 2017 : LES SOFICA SOUS LES PROJECTEURS

Nous connaître

Créé en 1968 l'UFF est une banque conseil en gestion de patrimoine qui offre des produits et services adaptés aux clients particuliers et aux entreprises. Sa gamme de produits comprend l'immobilier, l'assurance vie, les placements financiers, la prévoyance ainsi qu'une gamme de solutions dédiées aux entreprises.

Partenariats

Vous souhaitez développer une expertise de conseil patrimonial auprès de vos clients, l’UFF vous accompagne dans cette démarche.

Pour cela nous vous proposons une offre de partenariat personnalisée pour répondre aux attentes de vos clients et élargir votre offre de service.


FESTIVAL DE CANNES 2017 : LES SOFICA SOUS LES PROJECTEURS

Alors que le taux de réduction d’impôt des SOFICA a été augmenté à 48%  en janvier 2017*, retour sur un dispositif avantageux pour les contribuables et un moteur du financement de la production cinématographique en France.          
 *loi de finances pour 2017
 
Créées en juillet 1985, les Sociétés de Financement de l'Industrie Cinématographique et de l'Audiovisuel (SOFICA) sont des placements d'investissement destinés à la collecte de fonds privés pour le financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles françaises et européennes.
 
Grâce aux SOFICA, les particuliers peuvent réaliser des économies d’impôts en investissant dans le secteur du cinéma et de l’audiovisuel. À la différence d’autres produits de défiscalisation, les SOFICA ne sont pas corrélées aux marchés financiers. Mais ce placement atypique et séduisant n’est pas sans risque. À la veille de l’ouverture du 70ème Festival de Cannes, l’UFF, leader de la distribution de SOFICA, lève le rideau sur les idées reçues communément associées à ce placement.
 
La sélection officielle du 70ème Festival de Cannes a été annoncée le 13 avril. Les SOFICA distribuées par l’UFF soutiennent 18 films (sur les 20 films financés en partie par des SOFICA).
 
3 films en compétition ont pu voir le jour grâce au soutien d’une ou plusieurs SOFICA.
- Les Fantômes d’Ismaël de Arnaud Desplechin (film d'ouverture) – SOFICA Cinéventure 2, Cinémage 11, Indéfilms 5
- 120 battements par minute de Robin Campillo – SOFICA Indéfilms 5
- Rodin de Jacques Doillon – SOFICA Sofitvcine 4
 
C’est également le cas de 5 films dans la sélection Quinzaine des Réalisateurs.
- Un Beau soleil intérieur de Claire Denis – SOFICA Cinémage 11
- L’Amant d’un jour de Philippe Garrel – SOFICA Cinémage 11
- Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont – SOFICA Cinémage
- Nothingwood de Sonia Kronlund – SOFICA Cinéventure
- Ôtez-moi d’un doute de Carine Tardieu – SOFICA Cinémage 11
 
 
Les SOFICA commercialisées par l’UFF, sont représentées également au travers des autres sélections du festival :
- Hors compétition : 3 films 
- Un certain regard : 2 films 
- La Semaine de la critique : 4 films 
- L’ACID1 : 1 film 
 
Chaque année, les SOFICA jouent un rôle essentiel pour compléter le plan de financement de nombreux films. En 2016, 11 SOFICA ont été agréées par le CNC pour une collecte globale de 62,2  millions d’euros. 93 œuvres cinématographiques, parmi les 300 films agréés par le CNC, ont bénéficié du financement d’une ou plusieurs SOFICA.
 
L’investissement moyen par film s’élève à 327 000 € en 2015 :
- 336 000 € pour un film de fiction ;
- 172 000 € pour un film documentaire ;
- 60 000 € pour un film d’animation.
 
L’UFF, leader sur le marché a, à elle seule, collecté 15,8 millions d’euros auprès de 4 SOFICA, soit plus de 25,4% des parts de marché.
 
 
 
Déceler le vrai du faux de la SOFICA
 
« Grâce à la SOFICA, les particuliers peuvent réaliser des économies d’impôts en investissant dans un secteur culturel et attractif. Mais attention ! Il s’agit d’un placement risqué puisque le capital initial peut ne pas être intégralement restitué. Sa rentabilité potentielle découle avant tout de la politique de gestion et d’investissement propre à chaque SOFICA. Il conviendra de proposer ce placement dans un objectif patrimonial de diversification. » José Fernandez, directeur de l’Offre Financière à l’UFF
 
1. La SOFICA octroie un plafond supplémentaire de réduction d’impôt sur le revenu.
VRAI – Le total des avantages fiscaux procuré par les réductions d’impôts sur le revenu est limité à 10 000 €. Il est porté à 18 000 €, en cas de souscription au capital d’une SOFICA.
 
2. La SOFICA permet de soutenir la production indépendante.
VRAI – La SOFICA doit répondre à 3 objectifs : accentuer le soutien à la production indépendante, orienter les investissements vers les œuvres pour lesquelles l’apport des SOFICA est décisif, et garantir la diversité du dispositif.
 
3. Les SOFICA restituent toujours l’intégralité du capital collecté.
FAUX – Il n’existe pas de garantie en capital sur les SOFICA. Après une durée minimum de détention de 5 ans et demi, les SOFICA, dont l’adossement est au maximum de 50%, restitueront généralement entre 70% et 90% du capital collecté.
 
4. La SOFICA est un investissement contraignant.
VRAI – Créer une SOFICA, c’est accepter :
- D’investir en faveur de 1ers ou 2èmes films, ou des films à petits et moyens budgets (moins de 8 M€) ;
- Une obligation minimale d’investissements non adossés à 50% ;
- Une limitation à 3 M€ du montant total des investissements adossés à un même opérateur.
 
5. Le rendement des SOFICA dépend de l’avantage fiscal.
VRAI – La réduction d’impôt de 36% du montant de la souscription dans la limite de 18 000 € représente une réduction potentielle de 6 480 €. Ainsi, lorsque les SOFICA restituent entre 75% et 90% du capital collecté au bout de 6 ans, la performance, avantage fiscal inclus, se situe entre 2,51% et 5,48% par an.
 
6. Les recettes d’un film sont uniquement liées à son succès en salle.
FAUX – Les films disposent de plusieurs supports d’exploitation commerciale, autant de sources de revenus : les entrées en salle, la vente de droits à la télévision en France et à l’international, la vente de DVD et la VOD.
 
7. Les chiffres communiqués par les SOFICA lors des 1ères assemblées générales ne reflètent qu’une part des actifs et de leur potentiel.
VRAI – La première assemblée générale a lieu au cours de la 1ère année de vie d’un film. Or, en raison du cycle de production et d'exploitation qui peut durer jusqu’à 4 ans après la sortie du film, les premiers revenus, présentés en AG, ne correspondent qu’aux recettes en salle. Ils ne tiennent pas compte de la commercialisation des oeuvres et de la cession des droits d'exploitation à venir, qui généreront de nouvelles recettes.
 
8. Si la SOFICA a investi dans LE film de l’année, je peux doubler ma mise de départ.
FAUX – Pour chaque film financé, la SOFICA ne représente qu’un pourcentage limité de l’investissement total.
Par exemple : si les recettes sur un film sont de 200%, mais que celui-ci ne représente que 5% du portefeuille de la SOFICA, alors celle-ci gagnera + 10% sur cet investissement.
 
9. Le cycle de vie moyen d’une SOFICA est de 6 ans.
VRAI – Entre la 2ème et la 5ème année, la SOFICA gère les remontées de recettes des oeuvres dans lesquelles elle a investi. A partir de la 6ème année, elle demande sa liquidation auprès des autorités concernées et procède au remboursement de ses investisseurs.
 
10. La SOFICA permet uniquement d’investir dans des oeuvres cinématographiques.
FAUX – Les SOFICA peuvent investir dans deux types d’investissements : les investissements dans les oeuvres (investissements « adossés » ou « classiques ») et les investissements dans le capital de sociétés de réalisation. Cela permet de diversifier le portefeuille et donc le risque.
- Investissement « adossé » : accord passé avec une entreprise du secteur (société d’adossement) qui s’engage à racheter une partie des investissements à un prix convenu à l’avance.
- Investissement « classique » ou « à risque » : des droits à recette, c’est-à-dire un montant ou pourcentage sont négociés avec le producteur sur les différents supports d’exploitation en contrepartie de l’investissement réalisé. Aucun de ces investissements ne fait l’objet d’une garantie de rachat à un prix fixé à l’avance.
 
Alors que ce placement demeure encore confidentiel et méconnu aux yeux des Français patrimoniaux, la SOFICA permet de financer de plus en plus de films chaque année, tout en constituant, pour l’investisseur individuel, une solution de diversification pour réduire son impôt sur le revenu, au-delà du plafonnement des niches fiscales.
 
Retour

twiter