Actualités Réforme Agirc-Arrco : comment éviter le malus ?


Depuis le 1er janvier, la réforme des régimes de retraite complémentaire a instauré un système incitant tous les salariés à cotiser quatre trimestres de plus, sous peine de voir leur pension minorée de 10 % pendant trois ans, jusqu’à 67 ans au maximum. Ce malus est d’autant plus pénalisant que le montant de la retraite complémentaire est plus élevé.


En effet, pour les cadres supérieurs dont la retraite complémentaire représente une quote-part importante de leurs droits, l’impact peut se révéler significatif. Pour connaître la stratégie de départ à la retraite la plus adaptée, il convient de réaliser un calcul, mais aussi de prendre en compte son mode de vie : projets, situation familiale, charges, revenus, etc.


La première stratégie possible consiste à décaler d’un an son départ à la retraite pour éviter le malus. Ce dernier peut aussi être compensé en cumulant emploi et retraite sur les trois premières années. Le salaire devient alors un complément de revenus, aucun nouveau droit à la retraite ne sera acquis.


Autre option, la liquidation progressive de ses droits à la retraite autorise une activité partielle permettant la validation des trimestres supplémentaires nécessaires à l’absence de malus.


D’autres possibilités existent, mais toutes doivent faire l’objet d’une simulation.


Tribune de Nadine Racamier , Responsable adjointe entreprise de l'UFF, publiée dans Le Monde le 8 septembre 2019


Vous aimerez également...